UFC-Que Choisir d'Albertville

Argent / Assurances / Banques, Logement / Immobilier

Immobilier : quand faut-il renégocier son crédit ?

vente-immobilier-logement-maison-emprunteur-argent

Immobilier : quand faut-il renégocier son crédit ?

Contre toute attente, les taux immobiliers baissent doucement mais sûrement depuis plusieurs mois. Ils retrouvent maintenant leur niveau de l’hiver 2016-2017 ! Faut-il en profiter pour racheter son crédit voire pour changer d’assurance emprunteur ?

Une lente érosion. S’il y a bien eu un léger rebond au premier semestre 2017, depuis, les taux de crédit immobilier ne dévient plus de leur chemin en pente douce. Les prêts sur 20 ans se négocient aujourd’hui autour de 1,60% ou 1,65%, un niveau comparable à celui de décembre 2016. D’où l’indémodable question, revenant à chaque baisse de taux : faut-il renégocier son crédit immobilier ?

« L’effet taux bas perdurant, les demandes de renégociation de crédits affluent de nouveau », affirme ainsi Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux. Mais Sandrine Allonier, directrice des relations banques de VousFinancer, tempère : « Nous ne sommes pas au niveau de ce que nous avons connu en 2016 car beaucoup d’opérations ont déjà été effectuées… » La Banque de France a enregistré un pic en janvier 2017 : les renégociations et rachats représentaient plus de 60% des dossiers de crédit immobilier. Tombée à 15% fin 2017, la part des renégociations dans la production de prêts à l’habitat vient de repasser au-dessus des 20%. Un frémissement.

Obtenir un taux inférieur de près d’un point

A moyen terme, tous les observateurs prédisent une remontée progressive – quoique lente, là encore – des taux. La fenêtre s’ouvre donc effectivement en ce printemps 2018 pour une ultime renégociation, ou pour racheter un crédit souscrit voici 1 ou 2 ans seulement.

« Beaucoup de renégociations ont déjà été effectuées »

A une autre époque, la renégociation reposait sur un règle intangible : les taux pratiqués devaient être inférieurs d’un point minimum au taux du crédit en cours. En cette période de taux bas, la règle est assouplie. Meilleurtaux évoque une règle des « 0,70 point ». Jauffrey Ianszen, directeur réseaux et développement d’Immoprêt, estime lui qu’avec « un écart de 0,80 point » des emprunteurs peuvent « s’y retrouver ». Bref, pour se pencher sur le sujet, il faut que les taux envisageables soient situés au …

.

Cliquer ici pour découvrir la suite sur cbanque.com/