UFC-Que Choisir d'Albertville

Législation / Droit / Justice, Logement / Immobilier

Au bout de 30 ans, les parties communes annexées sont acquises

copropriete-logement-immobilier-parties-communes

Le 8 juillet 2008, Alain C. et Hervé L., dirigeants de la société Absolu Travel, qui exploite une agence immobilière, achètent le local commercial qu’ils louaient à la Société d’économie mixte d’aménagement de l’Est de Paris (Semaest). Celui-ci se trouve dans une copropriété du 3e arrondissement de Paris.

Peu après, ils assignent la Semaest, afin d’obtenir une réduction du prix, en invoquant la la loi du 18 décembre 1996 améliorant la protection des acquéreurs de lots de copropriété, dite « loi Carrez ». Ils affirment, au vu d’un plan annexé au règlement de copropriété et d’un métrage fait par un expert, que la superficie vendue n’est que de 98 m², alors que l’acte de vente mentionnait 106 m². Il manque donc 8 m². Ils réclament la restitution de 43 000 euros. La Semaest, qui a acheté le local en mai 2004, se retourne contre l’ancien propriétaire, Fred V., qui décédera en 2010, puis contre ses héritiers.

Le fils de Fred V. explique au tribunal de grande instance de Paris qu’en 1978, son père, qui exploitait une affaire de textile, disposait à la fois du local commercial du rez-de-chaussée, et du premier étage, où se trouvait son bureau. Le premier étage n’était accessible que par un escalier en colimaçon très peu pratique, situé dans la boutique.

Il a souhaité que son bureau soit accessible aussi par un escalier desservant les étages supérieurs. Il a fait percer une porte dans son bureau, et recouvrir une partie de la cour du rez-de-chaussée, qui a ainsi fait office de palier. Ces travaux ont diminué de 8 m² l’espace dévolu aux parties communes et agrandi d’autant l’espace privatif, en le portant à 106 m².

Mais ils ont été faits sans l’accord de la copropriété. La société Absolu Travel considère donc que les …

 

Cliquer ici pour découvrir la suite sur http://sosconso.blog.lemonde.fr/