UFC-Que Choisir d'Albertville

Alimentation, Environnement / Energie, Santé / Bien-Être

Soja : le point sur ce qu’on lui reproche

polemique-soja-troubles-hormonaux-anti-nutriments-mauvais-pour-la-planete-le-soja-est-depuis-une-decennie-dans-le-viseur-de-la-communaute-scientifique
Par Ophélie Ostermann | Le 24 août 2016

Troubles hormonaux, anti-nutriments, mauvais pour la planète… le soja est depuis une décennie dans le viseur de la communauté scientifique. On fait le point sur la polémique.

 Faut-il se méfier du soja ? Après un succès fulgurant porté par les végétariens puis par la « vague du bio », la plante inspire méfiance depuis une dizaine d’années. Malgré sa richesse nutritionnelle, son rôle préventif dans les cancers hormono-dépendants et son rôle d’allié dans le soulagement des troubles liés à la ménopause, des études conseillent d’en limiter la consommation. Mais que lui reproche-t-on au juste ?

Les phyto-œstrogènes

Le fond du problème repose essentiellement sur les isoflavones du soja et de ses dérivés. Les « soja-sceptiques » pointent du doigt ces phyto-œstrogènes qui, dans l’organisme, peuvent mimer l’effet des œstrogènes, hormones surtout produites par les ovaires et dans une moindre quantité par les testicules et les glandes surrénales.

Alors que ces hormones sont classées dans la catégorie des perturbateurs endocriniens par l’Afssa (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation), certains mettent en garde contre d’éventuels troubles hormonaux chez les femmes comme chez les hommes (une mauvaise qualité du sperme), favorisant le cancer du sein ou des problèmes de thyroïde. Les enfants de moins de 3 ans ainsi que les femmes enceintes et allaitantes ne peuvent en consommer. Du côté des défenseurs du soja, on argue notamment que l’action hormonale est 1000 à 10.000 fois inférieure à celle des œstrogènes endogènes (produits naturellement par le corps). On rappelle également que les Asiatiques consomment la plante depuis des millénaires sans le moindre problème et que des études épidémiologiques ont prouvé l’effet préventif du soja sur les cancers hormono-dépendants.

Mauvaise absorption des nutriments

L’autre point d’accroche dénoncé par …

Cliquer ici pour découvrir la suite sur LeFigaro.fr