UFC-Que Choisir d'Albertville

Enquêtes, Santé / Bien-Être

Nanoparticules (vidéo). Une opacité généralisée

nanoparticules-sante-opacite-danger-potentiel
Publié le : 23/01/2018 

Colorants, antiagglomérants, filtres solaires… de nombreux produits de consommation courante (aliments, cosmétiques, médicaments) contiennent des nanoparticules, ces particules infiniment petites dont les effets éventuels sur notre santé sont encore très mal cernés. Alors que leur présence devrait être mentionnée sur les étiquettes, 8 fabricants sur 10 enfreignent la loi, privant le consommateur d’une information essentielle.

 

Carton plein pour nos recherches de nanoparticules dans des produits de consommation courante. Aliments, cosmétiques, médicaments : les vingt références que nous avons analysées (résultats complets et dossier disponibles à partir du jeudi 25 janvier) contiennent ces particules infiniment petites dont les risques éventuels sont encore très mal cernés. Pire, à trois exceptions près, les nanos voyagent incognito. Alors que la réglementation oblige à indiquer leur présence dans la liste d’ingrédients des denrées alimentaires et des cosmétiques, la quasi-totalité des industriels négligent de le faire. Pourtant vieille de plus de trois ans (1), cette obligation légale n’est toujours pas appliquée par la grande majorité des opérateurs. Une situation d’infraction généralisée difficile à comprendre et à admettre. D’où la décision de l’UFC-Que Choisir de porter plainte contre neuf fabricants dont les colorants, antiagglomérants et autres filtres solaires contiennent des proportions significatives de nanoparticules sans en mentionner la présence. À 10 % de nanos dans un additif, on peut toujours laisser à l’industriel le bénéfice du doute. Mais à 30 %, 40 %, voire 100 % comme c’est le cas pour six des produits concernés, il peut difficilement prétendre qu’il ne savait pas et que son fournisseur d’ingrédients l’a trompé.

Le cas des médicaments est différent du point de vue réglementaire mais similaire sur le fond : plus de 4 000 références de médicaments sont susceptibles de contenir des nanoparticules mais rien n’oblige les laboratoires à en faire état sur les notices (2).

 

TAILLE INFIME ET COMPORTEMENT IMPRÉVISIBLE

Cette opacité est d’autant plus inadmissible que c’est de notre …

 

Cliquer ici pour découvrir la suite sur QueChoisir.org