UFC-Que Choisir d'Albertville

Transports

Valise en cabine. Des tailles différentes selon les compagnies aériennes

avion-valise-cabine-compagnies-aeriennes
Publié le : 25/06/2017 

Les compagnies aériennes veulent réduire le nombre de bagages en soute et incitent les passagers à se contenter d’une valise en cabine. Faute de norme standardisée, attention aux frais supplémentaires lors de l’embarquement.

 

Le mercure atteint 28 °C à Paris, en ce 19 mai, mais c’est en manteau que nous attendons d’embarquer pour l’Islande. Impossible de glisser ce vêtement dans notre valise cabine : la compagnie WOWAir limite sa taille à 42 x 32 x 25 cm, un record de petitesse. Pour emporter un plus grand bagage en cabine (56 x 45 x 25 cm), il faut payer un supplément de 16,99 €. De plus en plus, les vols avec des bagages légers s’imposent. Après les compagnies low cost, les grands transporteurs s’y mettent : en décembre 2016, Air France a modifié ses tarifs pour l’Europe et permet désormais de réserver jusqu’à la dernière minute des billets « light », sans bagage en soute. Cette particularité était auparavant limitée aux tarifs « mini », dont le nombre était restreint. En décourageant les bagages en soute, les transporteurs font de belles économies : les frais liés à l’enregistrement baissent (moins de personnel et de comptoirs), la consommation de kérosène diminue et le temps d’embarquement réduit autorise plus de rotations d’avions. En outre, la facturation des bagages en soute rapporte : on évoque près d’un milliard d’euros supplémentaire par an pour le chiffre d’affaires d’Easyjet ou de Ryanair. Cette dernière se targuait, en 2013, d’avoir ramené la proportion de voyageurs munis d’un bagage de soute de 80 à 20 %. En contrepartie de temps d’attente raccourcis et de vols moins chers, les passagers subissent des contraintes parfois sévères (Mesdames, vous rangerez votre sac à main dans votre valise) et, surtout, élastiques. L’Association internationale du transport aérien (IATA), qui représente 260 compagnies, a lancé, en 2015, une initiative pour standardiser les règles d’acceptation des bagages à main. Face au tollé soulevé, son projet de label « IATA Cabin OK » a été abandonné : l’association proposait des dimensions de 55 x 35 x 20 cm, soit près de 40 % de moins que sa recommandation applicable jusqu’alors. Cette reculade a froissé certains syndicats de personnels de bord, pour qui les bagages à main sont trop volumineux et causent moult blessures.

LE GRAND BAZAR

Une étude, publiée aux États-Unis en 1998, estimait à …

Cliquer ici pour découvrir la suite sur QueChoisir.org