UFC-Que Choisir d'Albertville

Environnement / Energie, Santé / Bien-Être

Loi sur la biodiversité : la France bannit les pesticides tueurs d’abeilles

loi-biodiversite-la-france-bannit-pesticides-tueurs-abeilles

Entre état d’urgence et loi travail, la biodiversité a finalement réussi à se frayer un chemin au Parlement. Quarante ans après la loi de 1976 sur la protection de la nature, l’Assemblée nationale a définitivement adopté, mercredi 20 juillet dans la soirée, le projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages ». Avec un signal fort : l’interdiction des insecticides « tueurs d’abeilles ». Toute la gauche a voté pour, la droite contre, le groupe LR dénonçant « une écologie punitive ».

La gestation de la loi aura été laborieuse : le texte, annoncé par le président François Hollande voilà presque quatre ans, a connu pas moins de quatre lectures et de multiples tribulations au cours des deux années de navette entre députés et sénateurs, sur le mode trois pas en avant, deux pas en arrière, un pas de côté. Avec cette loi, « la France se dote de principes renforcés, d’outils nouveaux, de mesures fortes pour favoriser une nouvelle harmonie entre l’homme et la nature », se félicite la secrétaire d’Etat à la biodiversité, Barbara Pompili. L’enjeu était d’autant plus crucial que la France, grâce à ses territoires d’outre-mer et l’importance de son espace maritime, abrite des écosystèmes tout aussi riches que menacés.

Le résultat est pourtant en demi-teinte. Au long de son examen, ce projet de loi a en effet été soumis aux lobbys des chasseurs, des agriculteurs et des industriels de l’agrochimie, de l’huile de palme ou de la pêche en eaux profondes. Les débats ont aussi été brouillés par les dissensions gouvernementales, qui ont notamment opposé les ministres de l’environnement et de l’agriculture. Finalement, cet arsenal de mesures destinées à lutter contre le déclin de la biodiversité et la destruction des milieux naturels se trouve quelque peu réduit.

Lire aussi :   Barbara Pompili : « Sur la biodiversité, les lobbys sont très présents »

Dérogations pour les néonicotinoïdes

Cliquer ici pour lire la suite sur LeMonde.fr