UFC-Que Choisir d'Albertville

Environnement / Energie, Santé / Bien-Être

Jardiner sans pesticides : Le purin d’ortie sauvé

jardiner-sans-pesticides-alternatives-pesticides-purin-ortie-sauve

Le décret tant attendu sur les préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP), dont fait partie le purin d’ortie, est paru. Mais nombre d’alternatives aux pesticides attendent encore leur tour d’être reconnues comme des biostimulants.

purin ortie

Le décret qui considère les préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP) comme des biostimulants et non plus comme des produits phytosanitaires soumis à une lourde procédure d’homologation est enfin paru. Il était temps. C’est l’épilogue d’un long combat qui a opposé les industriels de l’agrochimie aux partisans de l’agriculture bio et du jardinage sans pesticides. Il y a 10 ans, les substances naturelles avaient pourtant remporté une première manche. La loi sur l’eau de 2006 les avait exclues de la catégorie des pesticides, elles pouvaient être utilisées sans présenter de dossier d’autorisation de mise sur le marché.

Mais aussitôt, les lobbies industriels se sont mobilisés. En 2010, le ministre de l’Agriculture d’alors leur donne satisfaction. Un décret réintègre les PNPP aux pesticides et les soumet aux mêmes procédures d’homologation qu’eux. Du vinaigre blanc à l’huile de neem en passant par les décoctions de gousses d’ail, l’argile, les purins de plantes et tant d’autres, des remèdes connus et utilisés depuis longtemps deviennent subitement hors la loi.

Lire la suite sur QueChoisir.org